Quel est votre problème ?

Cigarette au volant, la police estime l'amende juste


Yoni devra-t-il payer l'amende de 22 € qu'il a reçue pour avoir fumé une cigarette au volant ? Selon la préfecture de police de Paris, oui. Ce serrurier de 28 ans qui avait témoigné dans nos colonnes après avoir été verbalisé dimanche à Paris dans le XIX e pour avoir fumé en conduisant n'était pas « maître de son véhicule » d'après la police. « Il avait une cigarette dans une main, un briquet dans l'autre, et il ne tenait pas son volant et a donc été sanctionné à juste titre », estime la police. Hier, le deuxième syndicat des gardiens de la paix Alliance a même demandé des « poursuites pénales » contre le serrurier, qui avait accusé la police « d'abus de pouvoir ». Son recours gracieux risque donc de ne pas aboutir. « Depuis quand n'a-t-on plus le droit de contester un PV ? réagit Me Jean-Baptiste Iosca, avocat expert dans le droit routier, qui se dit prêt à défendre le jeune serrurier si celui-ci est poursuivi. Cette amende doit être annulée car, légalement, elle ne tient pas. » L'avocat a obtenu en févier qu'un PV similaire soit annulé pour une de ses clientes. « Ce cas fait désormais jurisprudence, conclut l'avocat. La cigarette n'est pas interdite au volant. » Le Code de la route stipule simplement que le conducteur doit « se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manoeuvres qui lui incombent ».

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande, par le responsable de traitement du cabinet de Maître IOSCA. Elles seront conservées pendant 3 ans à compter de leur collecte par le service informatique du cabinet de Mr Iosca ou du dernier contact émanant de votre part.

Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et du Règlement Général sur la protection des données personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité (lorsqu’il s’applique) et d’opposition aux informations qui vous concernent. Vous pouvez exercer ces droits en vous adressant au cabinet de Maître IOSCA, 40 Boulevard Malesherbes – 75008 Paris. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.