Quel est votre problème ?

A Paris, le test a commencé depuis un an


Le nombre d'amendes a-t-il explosé ? Celui des impayés diminue-t-il ? Les automobilistes contestent-ils davantage ? Paris est précurseur… mais muet. Alors que les PV électroniques sont testés dans trois arrondissements parisiens Xe , XIe et XVIe depuis l'été 2008, les réponses à ces questions ne sont pas encore connues. Contactée hier, la préfecture de police de Paris explique ne pas « être en mesure de communiquer ces données ». Mais, sur le terrain, l'arrivée des stylos électroniques dans les mains des pervenches ne semble pas avoir bouleversé la situation. « Nous n'avons pas eu de retour négatif concernant l'utilisation de ce nouveau système, explique le syndicat Unsa-Police. Pour les usagers, il est même peut-être plus clair. Il va donc probablement se généraliser dans Paris. » Mais le syndicat émet malgré tout des réserves : « Nous allons rester vigilants. Car ces nouveaux PV sont tellement faciles et rapides à mettre que leur nombre pourrait exploser. Nous allons également veiller à ce que les gens ne soient pas fichés via ces amendes électroniques.» Expert dans le droit routier, l'avocat Jean-Baptiste Iosca n'a pas non plus été témoin d'une véritable révolution dans son cabinet. « Ces PV sont contestés par les automobilistes, mais pas plus que les autres, constate l'intéressé. Et à vue de nez car je ne dispose d'aucun chiffre ! , il ne me semble pas que le nombre de PV électroniques soit très important depuis un an. Mais les erreurs techniques, qui étaient censées diminuer grâce à la simplicité d'utilisation du stylo magique, n'ont pas disparu… »

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande, par le responsable de traitement du cabinet de Maître IOSCA. Elles seront conservées pendant 3 ans à compter de leur collecte par le service informatique du cabinet de Mr Iosca ou du dernier contact émanant de votre part.

Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et du Règlement Général sur la protection des données personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité (lorsqu’il s’applique) et d’opposition aux informations qui vous concernent. Vous pouvez exercer ces droits en vous adressant au cabinet de Maître IOSCA, 40 Boulevard Malesherbes – 75008 Paris. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.