Quel est votre problème ?

RETRAIT DE 6 POINTS POUR LES REFUS DE PRIORITE AUX PIETONS : DEFENDEZ-VOUS CONTRE L’ARBITRAIRE !


ETAT DES LIEUX DE LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION


AVANT LE 18 SEPTEMBRE 2018


 L’article R. 415-11 du code de la routedispose que :



 3 brèves remarques :


 1) Pour céder le passage, il n’est pas toujours nécessaire de marquer l’arrêt ;


 2) Pour caractériser l’infraction de refus de priorité, le piéton doit avoir traversé dans les clous du passage piéton et s’être engagé au vert ;


 3) Enfin,  personne ne saurait définir l’attitude du piéton « manifestant clairement l’intention » de traverser ?!


 Pour caractériser l’infraction du refus de priorité aux piétons, les agents verbalisateurs doivent donc détailler sur leur procès-verbal (PV) :


 1) Si l’automobiliste a réellement refusé de laisser passer un piéton en omettant de s’arrêter ou de ralentir ;


 2) Si le piéton a bel et bien traversé sur les marquages du passage piéton alors que le feu était vert pour lui ;


 3) Si, à défaut d’être engagé sur la chaussée, le piéton avait manifesté « clairement l’intention » de traverser.


 Par décret, publié au Journal Officiel le 18 septembre 2018, l’article R. 415-11 du code de la routea changé.


 DEPUIS LE 18 SEPTEMBRE 2018


 Depuis le 18 septembre 2018, un refus de priorité piéton (article 415-11 du code de la route) vaut un retrait de 6 points contre 3 auparavant :



[…]


 Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de 6 points du permis de conduire ».


 Désormais, griller la priorité à un piéton équivaut à commettre un excès de vitesse de plus de 50 km/h, à conduire en état alcoolique(au-delà du taux délictuel de 0,40 mg/l d’air expiré ou 0,80 g/l de sang) ou à conduire sous l’empire de stupéfiants !


 Surtout, c’est la moitié des points de votre permis de conduire (6 points/12)qui pourront être retirés à la simple appréciation d’un agent de police.


 Place à l’arbitraire (qui coûte cher !): un excès de vitesse de plus de 50 km/h est basé sur une vitesse enregistrée par un appareil homologué (avec un carnet d’entretien, des dates de contrôle, un laboratoire agréé qui le vérifie chaque année), un taux d’alcool supérieur au taux légal est révélé par un éthylomètre soumis à une réglementation stricte…


 … Pour un refus de priorité, ce sont les yeux et l’humeur de l’agent!


 COMMENT CONTESTER UNE CONTRAVENTION POUR REFUS DE PRIORITÉ AUX PIÉTONS ?


 1) Sans arrestation


 La plupart des contraventions pour refus de priorité aux piétons sont constatées par des vidéos surveillanceouà la volée (sans arrestation). Dès lors, il est très facile de les contester sur la base de l’article L. 121-3 du code de la route. S’il n’a pas été arrêté, le conducteur du véhicule sera quasi systématiquement impossible à identifier ; il sera donc relaxé par le Tribunal de Police et ne perdra pas les 6 points.


 2) En cas d’arrestation


À sanction plus lourde, les exigences procédurales devraient l’être aussi …


 Beaucoup de travail en perspective pour les agents de police et de gendarmerie qui jusque-là se contentaient de dresser un procès-verbal (PV) reprenant la qualification de l’infraction(« REFUS DE PRIORITÉ PAR CONDUCTEUR DE VÉHICULE À UN PIÉTON »).


 Désormais, ils devront détailler les circonstances concrètes de commissionde l’infraction pour que les juges (du Tribunal de Policeou de la Cour d’Appel) condamnent le contrevenant.


 À défaut de détails sur le scénario de l’infraction, le conducteur sera relaxé (par les avocats du cabinet IOSCA en tout cas).


 POUR CONCLURE


 Encore une loi répressive pour les automobilistes. Mais le danger vient-il toujours d’eux ? Les piétons ne se mettent-ils pas (parfois) eux-mêmes en danger ?Casques audio avec annulation du bruit extérieur, tête visée sur le Smartphone, l’obsession de passer au rouge pour gagner 10 secondes sur son trajet…


Sécurité routière, tous responsables !


 


Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande, par le responsable de traitement du cabinet de Maître IOSCA. Elles seront conservées pendant 3 ans à compter de leur collecte par le service informatique du cabinet de Mr Iosca ou du dernier contact émanant de votre part.

Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et du Règlement Général sur la protection des données personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité (lorsqu’il s’applique) et d’opposition aux informations qui vous concernent. Vous pouvez exercer ces droits en vous adressant au cabinet de Maître IOSCA, 40 Boulevard Malesherbes – 75008 Paris. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.